Powered by Easy Portail © LSC

Rouler sans assurance auto, cela peut coûter très cher !

En Belgique, chaque jour, 80 personnes sont contrôlées en défaut d'assurance auto. Ce sont surtout des jeunes de moins de 34 ans qui sont concernés. Le risque est souvent bien plus grand qu'ils ne l'imaginent.

 

Au quotidien, près de 80 conducteurs sont contrôlés sont en défaut d'assurance. En 2016, 29.233 infractions ont été constatées auprès d'usagers de la route roulant sans assurance pour leur véhicule. Ils étaient 29.743 en 2015 et 31.426 en 2014. Les chiffres sont donc stables. Il s'agit d'une même population qui ne respecte aucune règle: ni assurance, ni contrôle technique, ni taxe de circulation

 

Mais les contrôles existent : les fichiers d'immatriculation et d'assurances sont mis en commun. Il faut également montrer une preuve d'assurance au contrôle technique.

La plupart des contrevenants se situent dans la tranche d'âge 25-34 ans, suivis des moins de 25 ans.

 


Un montant moyen de 17.000 euros

Rouler sans assurance peut avoir des conséquences coûteuses pour le conducteur responsable, poursuites pénales et remboursement des frais engendrés par le sinistre. "Si ces gens provoquent un accident, ils devront rembourser au fond de garantie qui couvre les victimes le montant des accidents. Il faut savoir que le montant moyen d'un accident avec blessé, on est déjà 17-18.000 euros", explique ainsi Wauthier Robyns, le porte-parole d'Assuralia, la fédération des assurances, sur Bel RTL.

Cela peut très vite grimper en fonction des dommages causés. "On a également des accidents qui se calculent en dizaines de milliers et en centaines de milliers d'euros malheureusement, ajoute-t-il. C'est quand même très lourd s'il faut ajouter ça à l'amende qu'on va encourir pour avoir été pris sans assurance".

 


Les sanctions pénales

Les sanctions pénales vont de l'amende au retrait de permis, voire dans certains cas une peine de prison. Les conducteurs sanctionnés deux fois en trois ans pour des infractions lourdes se voient retirer leur permis pour trois mois au moins et doivent représenter leurs examens de conduite.   

Le ministre de la mobilité, François Bellot (MR) et le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) ont l'intention de durcir la répression. Ils pensent à élaborent une loi pour inclure ce type d'infraction dans la réglementation sur les récidives.

Les victimes sont indemnisées via le Fonds commun de garantie. Le fond tente ensuite de récupérer l'indemnisation auprès du responsable de l'accident. L'an dernier, le Fonds a ainsi octroyé 14,9 millions d'euros d'indemnisation.

 

Publié le 18 septembre 2017 à 09h45, Article RTL INFO